Bienvenue sur le site de  Année de la foi

l'Unité Pastorale Les Douze


 
    http://lesdouze.be





Le Secrétariat de l'unité pastorale vous attend ! Heures d'ouverture :
Lundi au Vendredi
de 9 à 12 h.
Mercredi  de 14 à 16 h. 30

Téléphone : 04/263.98.00
Cpt bancaire :
BE94 7320 1100 5814

e-mail :
secrétariat

édition du site




Rocourt

Histoire succinte

Rocourt Saint-Léon

Rocourt

Organisation de la paroisse

     Une nouvelle mise en page a été faite pour supprimer les doubles emplois
et faciliter la mise à jour. N'hésitez pas à communiquez vos observations et vos besoins.


 

Saint-Léon

Saint-Joseph

Saint-Léon

       

Saint-Joseph

Il y a plus d’un demi siècle naissait à Rocourt une nouvelle paroisse : Saint-Joseph. Déjà en 1903, le curé de Rocourt Alexis le Roy, trouvant la paroisse trop étendue, affirmait qu'un édifice du culte du côté de la chaussée de Tongres s'avérait indispensable. C'est dans cette perspective qu'en 1913 la présidente du cercle Saint-Léon, Madame Bourdouxhe légua par testament à la fabrique d'église des maisons le long de la chaussée.

 Cependant il faudra encore attendre quelques décennies pour voir ces différents voeux pieux devenir réalité. En juillet 1949, suite au désir exprimé par une série de personnalités tant ecclésiastiques que politiques, l'abbé Maurice Devos, récemment installé à la cure de Rocourt, décida de procéder à un examen précis du problème. L'emplacement pour ériger la nouvelle chapelle nécessita de nombreux échanges de vue. Finalement, un terrain appartenant à la fabrique d'église, situé entre la rue de Lantin et la chaussée fut choisi. Le 10 février 1950, l’architecte rocourtois Richard Gritten présenta au comité de construction un premier plan qui fut ensuite soumis aux trois architectes urbanistes de la commune ainsi qu'à l'évêché.

Entre-temps, dans le but de subvenir aux frais de la construction, des bonnes volontés organisèrent des collectes spéciales, une fancy-fair, la vente de timbres-poste, de cartes postales et de rasoirs. Quelques paroissiens firent des dons. Les maisons léguées par Madame Bourdouxhe furent vendues. Par ailleurs, l'abbé Devos contribua largement aux dépenses, à l'aide de ses propres deniers.

Le 24 décembre 1950, alors qu'il restait encore beaucoup à faire, le doyen de Glons vint bénir le bâtiment en présence d'une foule nombreuse. Les offices de Noël y furent également célébrés. Mais dès le lendemain, les ouvriers se remirent au travail. Le 16 mars 1951, la reprise définitive du culte fut enfin possible. Trois mois plus tard, les reconnaissances officielles et ecclésiastiques de la paroisse Saint-Joseph parvinrent à Rocourt. Suite à la création de cette nouvelle paroisse, l'évêché nomma un second curé. Mais à partir de 1985, la crise des vocations sacerdotales se faisant cruellement sentir, les deux paroisses rocourtoises furent placées sous l'autorité d'un seul curé, l'abbé Camille de Borman.

Rocourt, qui depuis la fusion des communes de 1977 fait partie de l'entité liégeoise, est surtout connue à l'extérieur pour diverses activités comme: son arsenal d'armes, sa clinique Saint-Vincent où la plupart des Liégeois et bien d'autres viennent au monde, son important centre commercial essentiellement situé sur l'ancien site du charbonnage, son complexe cinématographique, etc.

Nathalie Specia

 

Ndd 19 avril 2008

 



Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones